De l'unité de la charge...à son morcelle (2013)

Il y a deux ans, la difficulté croissante à gérer des équipes éducatives de plus en plus morcelées corroborées par différentes observations sur le terrain ont amené l'équipe diocésaine à mener un travail d'analyse et de réflexion autour de l'évolution de l'unité de la chargé vers son morcellement dans l'enseignement fondamental.

L'analyse de toutes les annexes 7/04  complétée par une enquête auprès des directions a permis de se construire une idée de l'ampleur de ce phénomène mais aussi de se construire une idée de la manière dont tout cela se déroulait sur le terrain...

 

 

De l'unité de la charge à son morcellement,

D'où vient-on, où allons-nous et de là où l'on est, comment faire mieux ?

 

Une étude publiée en 2006 France dans la revue "Sciences de l'Education"s'est intéressée à ce concept de  POLYVALENCE (unité de charge). 

"Au total il ressort de ces résultats que, lorsque l’on interroge les enseignants du primaire globalement sur leur polyvalence, ils répondent par un discours assez conventionnel : ils « aiment » leur polyvalence et ils sont convaincus qu’elle est bénéfique pour les élèves, qu’elle leur permet de pratiquer l’interdisciplinarité et d’être un repère-référent utile au développement personnel des élèves.

Pourtant, lorsque l’on reprend chacun de ces thèmes de façon plus approfondie, l’unanimité se fragmente, les certitudes s’effritent, de multiples doutes affleurent : doute sur leur compétence à enseigner toutes les disciplines, doute sur les conditions de mise en oeuvre d’un enseignement interdisciplinaire et sur la pertinence même de la notion d’interdisciplinarité, doute quant aux effets d’une relation avec un maître unique sur le développement personnel des élèves. Ces doutes sont à rapprocher des constats alarmants qui sont faits depuis quelques années : un certain nombre d’enseignants n’accordent que peu (voire pas du tout) de temps aux apprentissages qu’ils ne jugent pas importants ou pour lesquels ils ne se sentent pas suffisamment compétents (Baillat et al., 2001 ; Bottin, 2002 ; Rapport IGEN, 1997).  La conséquence est que les élèves ne reçoivent pas des enseignements qui sont pourtant considérés comme indispensables dans le cadre du curriculum officiel. "

Le diocèse a souhaité consacrer une journée de réflexion ce vendredi 3 mai à l'Institut Jean XXIII de Rochefort. Une centaine de directions ont marqué leur intérêt à ce travail.  

 

Vous trouverez en pièce jointe les différents documents qui ont servi de support aux multiples interventions.

 

La journée a été clôturée  par le Secrétaire Général de la Fédération de l'Enseignement Fondamental Catholique, M.Godefroid Cartuyvels, qui a pu réagir aux différentes approches proposées durant la journée sur le thème.

 

 

 

                                                                                                        Yannic Pieltain

 

Temps partiels ‎(Présentation A.Gauché)

Temps partiels ‎(Le cadre)‎ Y. Pieltain

Temps partiels ‎(congés)‎ - Catherine Frère

Temps partiels ‎(Approche psychologique)‎ - P Pierret